La bigoterie de retour en Bretagne …

 

Lorsque l’enseignement catholique 2021-2022 prend un virage aux vieux relents de bigoterie…  être plus proche de Dieu signifie surtout s’éloigner de ses personnels et de ses élèves.

Raclage de fond de tiroirs pour en exhumer les crucifix, bénédictions des classes et des cartables, recrutement de responsables pastorale aux CV douteux … La visibilité catho s’impose dans les établissements au mépris de celles et ceux qui ne se sentent ni concerné·es par ces rituels, ni investi·es de missions divines.

Les statuts de l’enseignement catholique précisent pourtant que les établissements confèrent « Un cadre à tous, tout en laissant de la liberté à chacun ».  Où est la liberté 1 quand des messes, pèlerinages ou temps de prière sont positionnés sur temps de classe ?

Nous rappelons donc que – comme dans les classes des établissements publics –  les heures de cours de l’enseignement privé sous contrat sont rémunérées par l’État et donc consacrées … aux programmes de l’Education Nationale.
Les activités confessionnelles du “caractère propre” sont possibles… mais hors temps de classe 2 et sur fonds propres*.

Et puis enfin : la liberté de conscience est un droit fondamental. Chacun·e doit donc avoir le choix de suivre, d’encadrer (ou pas 2) l’enseignement religieux.

Si le privé confessionnel sous contrat, en perte de vitesse (et d’effectifs) espère relancer de cette façon la machine, nous nous permettons d’émettre quelques doutes sur l’efficacité du procédé. La Bretagne terre de mission, c’était le 17e siècle. Depuis, la République a inventé la Laïcité qui laisse à chacun·e le droit de croire … ou pas.

Références : 
1- Article L 442-1 du Code de l'Education : "Dans les établissements privés qui ont passé un des contrats prévus aux articles L. 442-5 et L. 442-12, l'enseignement placé sous le régime du contrat est soumis au contrôle de l'Etat. L'établissement, tout en conservant son caractère propre, doit donner cet enseignement dans le respect total de la liberté de conscience. Tous les enfants sans distinction d'origine, d'opinion ou de croyances, y ont accès." + R 442-35 et  R 442-36
2- Interprétation sur le site www.enseignement-catholique.fr : " Si un enseignant est tenu de mettre en œuvre le projet éducatif de l'établissement au travers de son enseignement, un chef d'établissement ne peut absolument pas l'obliger à assister aux temps de prière, ou à assurer des temps d'animation pastorale (catéchèse, éveil à la foi, etc..)."
* Fonds propres signifie par exemple sous forme de rémunération OGEC. Tout travail (encadrement compris) mérite salaire.
Dans l'actu (exemples rapides) :
École de Questembert (6/09/2021 56) Collège de Guignen (5/09/2021 35) - Kits de rentrée DDEC56 (2021)
N'hésitez pas à nous contacter et nous transmettre vos vécus en la matière.
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *